Auguste Jean Baptiste GUÉRIN & Marie Claire BOISGARD

Aujourd’hui, les parents de Renée Guérin, ma grand-mère paternelle.

Auguste Jean Baptiste Guérin (n° 10) est né le 7 juillet 1871 à Leigné-les-Bois, au village de Vaux, où je suis souvent allée pendant mon enfance.

Marie Claire Boisgard (n° 11) est née le 13 janvier 1882 à Barrou, en Indre-et-Loire, donc de l’autre côté de la « frontière » du département, à une quinzaine de kilomètres de Leigné-les-Bois.

Ils se sont mariés le 25 avril 1905, à Leigné-les-Bois.

signatures10-11

Signatures figurant au bas de l’acte de mariage. Les mères des époux « ne savent pas signer »…

J’ai toujours pensé qu’ils avaient eu quatre enfants : mon grand-oncle Roger (qui en réalité s’appelait Auguste pour l’état civil) en juin 1905, suivi d’Abel Edmond (ou Édouard, selon l’acte) en 1907, puis de ma grand-mère Renée Claire en 1908 et enfin de Solange en 1912. Mais l’écart entre Renée et Solange m’intriguait un peu. Mes soupçons se sont confirmés quand j’ai trouvé la trace de Robert Marcel, né le 9 décembre 1910 et décédé le 19 janvier 1911, soit 42 jours de vie. Ce sont donc bien cinq enfants.

Je ne crois pas aux malédictions, mais force est de reconnaître que certains schémas se répètent, et ce sont rarement les plus agréables. Marie Claire (comme Renée Claire, sa fille, morte à 23 ans) va mourir jeune, à 30 ans, en mai 1912, laissant elle aussi quatre orphelins. L’aîné, Roger, ne refusera pas d’accueillir mon père, son neveu, quand à son tour, celui-ci sera orphelin de mère. Solange est celle que j’ai le mieux connue, nous lui rendions souvent visite et elle a assisté, quelques mois avant sa mort, à notre fête de famille. Il était très touchant de voir mon père, ses frères et sa sœur, tous octogénaires, déjeuner avec leur tante !

Les témoins au mariage d’Auguste et Marie Claire figurent sur l’acte. Ce sont Auguste Fiot, propriétaire, 49 ans, demeurant à Vaux de cette commune, ami de l’époux, Éloi Boutet, cultivateur, 36 ans, demeurant à Vaux de cette commune, ami de l’époux, René Boisgard, cultivateur, 30 ans, demeurant au Ribatou de cette commune, frère de l’épouse et Fridolin Dreux, gendarme en retraite, 66 ans, demeurant à Vaux de cette commune, ami de l’épouse.

Comme moi, vous avez souri en lisant le prénom du dernier témoin ? Un prénom qui ne serait pas très politiquement correct à notre époque, n’est-ce pas ? J’ai cherché une explication et j’ai fini par la trouver : il existe bien un saint du nom de Fridolin ! Ce nom vient de Fridolinus qui signifie « pacifique » en langue germanique. Fridolin fut abbé de Saint-Hilaire de Poitiers, au VIe siècle, et on le fête le 6 mars. Et on en apprend tous les jours !

Auguste est décédé à Leigné-les-Bois le 5 mars 1941. C’est lui dont le cheval ramenait la carriole à bon port les soirs de foire à Châtellerault, quand il avait un peu trop bu pour tenir les rênes…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s