Françoise, fille « naturelle », ou comment passer sa vie sans nom de famille !

J’ai rencontré Françoise en remontant la lignée des Lecomte. Ma grand-mère maternelle, Marie Lecomte, était la fille de Ludovic LECOMTE (Sosa 14) et d’Augustine Françoise LAMBERT (Sosa 15). Les parents de Ludovic étaient Louis LECOMTE (Sosa 28) et Françoise Augustine ARTAULT (Sosa 29) et ce sont les parents de cette dernière qui m’intéressent. Il s’agit de Charles Pierre ARTAULT (Sosa 58), né le 23 août 1816 à Orches, dit « cabaretier » ou « cultivateur et aubergiste » à Orches, et décédé, toujours à Orches, le 15 juillet 1869.

Le 14 mai 1847, il a épousé Françoise (Sosa 59). Il avait 31 ans, et Françoise en avait 39. Elle est dite « cuisinière » sur l’acte de mariage, qui ne mentionne que son prénom et pour cause : c’est une « fille naturelle », autrement dit une enfant trouvée.

francoise-fillenaturelle

Mention en marge de l’acte de « naissance »

J’ai son acte de naissance, daté du 20 février 1808, à Châtellerault, dont voici la transcription :

Aujourd’hui vingt février mille huit cent huit à cinq heures du soir pardevant moi Jean Claude Dubois maire et officier public de l’état civil est comparu Antoine Perlant (?), pauvre habitué à l’hospice civil de cette ville, lequel m’a présenté un enfant de sexe féminin qui m’a paru naissant, vêtu d’une culotte d’indienne violette, un mouchoir de coton violet, une brassière de vieille (…) verte (…) lange pareil. Lequel enfant ledit Perlant nous a déclaré avoir été exposé à la porte extérieure dudit hospice ce jour à une heure après midi. En conséquence moi officier public ai nommé ledit enfant Françoise et l’ai fait remettre de suite à la directrice dudit hospice. De tout quoi a été rédigé le présent procès verbal que j’ai signé pour ledit comparant m’ayant déclaré ne le savoir de ce enquis.

J’avais essayé d’en savoir un peu plus il y a bien longtemps (1982 !) et le Centre hospitalier Camille-Guérin de Châtellerault m’avait gentiment répondu en me disant que sur le registre des enfants trouvés de cette époque, il était mentionné : « Françoise, Augustine, enfant femelle naissant trouvée d’après procès-verbal d’inscription sur le registre d’état civil de cette ville le 24 février 1808 par J.C. Dubois, maire, confiée à Madeleine POUSSAULT femme de Richard TISSERAUT de Châteauneuf. » Je n’avais pas pu chercher plus loin à l’époque, mais cette semaine, j’ai demandé aux Archives départementales de la Vienne si son dossier avait été conservé. J’attends la réponse…

Sur la plupart des actes d’état civil dont je dispose, elle est mentionnée uniquement par son prénom. Il n’y a que sur l’acte de décès de sa fille, Françoise Augustine Artault, le 21 août 1885, qu’il est mentionné qu’elle est la « fille de feu Artault Charles et de feue Laurent Françoise Augustine ». Ce patronyme est également mentionné dans l’acte de décès de son mari, le 15 juillet 1869, où il est indiqué qu’il est « époux de Françoise dite Augustine Laurent »… J’imagine que vivre sans nom de famille n’était pas toujours bien commode, mais il n’a, à mon avis, rien d’officiel, il semble n’être qu’un nom d’usage ou celui de sa dernière famille d’accueil. Je le saurai peut-être un jour, grâce aux Archives départementales de la Vienne. Ou pas.

francoise-fillenaturelle-2

Mention en marge de l’acte de décès

Charles et Françoise ont eu, à ma connaissance, deux enfants : un fils, Charles Pierre, né le 24 mai 1848, et mon aïeule Françoise Augustine, née le 8 février 1850. Françoise avait 42 ans à la naissance de sa fille.

Voilà donc une lignée dont je sais qu’elle ne me mènera nulle part…

 

Onze générations pour la branche AURIAU

J’ai eu la bonne idée de faire un plongeon dans la caisse d’archives que j’avais conservée de mes recherches dans les années 1980-90. J’y ai redécouvert un trésor que je n’avais pas encore eu le temps d’exploiter : un document d’une vingtaine de pages consacré à la famille Auriau. Ce document a été réalisé par les époux Bertin qui ont fait des recherches approfondies aux archives et dans plusieurs mairies. Leur travail est très sérieux et ils m’ont offert quatre générations sur un plateau, je leur en suis infiniment reconnaissante. J’ai donc repris leurs trouvailles jusqu’à ce que nos branches se séparent et pour changer un peu, je vais commencer par la plus éloignée pour arriver à mon grand-père.

Tout commence (dans les registres) avec un couple inconnu, dont le mari est un AURIAU. Il sera mon Sosa 3072. Ce couple a eu au moins deux fils : Anthonin et Vincent.

C’est la lignée d’Anthonin qui m’intéresse. Avant 1626, Anthonin AURIAU (Sosa 1536) a épousé Jacquette BOUDET à Chouppes (Vienne). On sait que ce couple a eu au moins 3 enfants entre 1626 et 1630 : Clément, Jeanne et Jean, tous nés à Chouppes.

Eglise Saint-Saturnin de Chouppes

L’église Saint-Saturnin, à Chouppes

Leur fils Jean AURIAU (Sosa 768), né le 20 juin 1630, a épousé Louise PRETREAU (PETREAU). Jean est maître boulanger (tiens donc !) à Mirebeau jusqu’en 1657, puis sergent, puis de nouveau maître boulanger.

Jean et Louise ont eu 7 enfants, tous nés à Mirebeau : René, Marie, Bertrand, les jumeaux Martin et Étienne, Gabriel puis Charles. Marie est décédée à l’âge de 18 ans et les jumeaux n’ont vécu qu’une journée…

Charles AURIAU (Sosa 384), le petit dernier, est né le 6 juin 1674 à Mirebeau. En janvier 1705, il épouse Martine PLOU, dans la chapelle du château de Monts-sur-Guesnes. Le document que j’ai retrouvé indique qu’ils sont domiciliés sur la paroisse de Saint-Vincent de l’Oratoire, qui a été intégrée à la commune de Monts-sur-Guesnes à la Révolution. Il est compagnon charron, le seul du village. Il décède le 18 juillet 1728.

monts-guesnes-chateau-chapelle

La chapelle du château de Monts-sur-Guesnes, où se sont mariés Charles Auriau et Martine Plou. Elle date du XVIIe siècle

Le couple a eu 5 enfants, tous nés à Monts-sur-Guesnes : Charles (décédé en bas âge), Antoinette (épouse d’un marchand de Berthegon), Mathurine (épouse d’un charron et elle-même sage-femme), Joseph et Charles (cordonnier).

Leur fils Joseph AURIAU (Sosa 192) est né le 24 octobre 1709. Il a épousé Marie-Noël ORILLARD le 2 mai 1739 et l’acte le dit « maître charron et sacristain ». Joseph est décédé le 29 septembre 1763 et Marie-Noël le 7 février 1776.

Ils ont eu 8 enfants : François, Rayne-Marguerite (joli, non ?), Anne (décédée à 12 ans), Marie (décédée à 33 ans), Joseph (décédé à 4 ans), Jean (décédé à 5 ans), Jeanne (décédée à 25 ans, deux mois après son mariage avec un boulanger de Dercé) et Joseph.

Ces générations que je viens de décrire grâce au document des époux Bertin, je ne les connaissais pas. Je n’étais « remontée » que jusqu’à Joseph AURIAU (Sosa 96), né le 12 avril 1754 à Monts-sur-Guesnes, et son épouse Louise BOURGOUIN dont l’acte de décès indique qu’elle est « née en Normandie », sans autre précision… Elle serait donc la première de mes ancêtres connus à ne pas être née dans la Vienne ou en Indre-et-Loire !

Joseph était maréchal à Monts-sur-Guesnes. Je ne connais pas la date ni le lieu de son mariage avec Louise. Joseph est décédé le 30 mai 1827, à l’âge de 63 ans, et Louise est décédée le 29 juillet 1840, à l’âge de 86 ans, chez son gendre Jean Billouin.

Joseph et Louise ont eu 12 enfants : René (décédé à 14 ans), Étienne (qui était aussi maréchal à Monts-sur-Guesnes), Louise Monique, Alexandre François (décédé à 4 ans), Henry (décédé à 4 mois), Charles (décédé à 6 ans), Marie (décédée à 6 mois), Étienne, Joseph, Marie (décédée à 1 an), Pierre Emmanuel et enfin Henry. Résumons : 2 fils prénommés Étienne, 2 autres prénommés Henry et deux filles prénommées Marie…

monts-sur-guesnes-rue-principale-arrivee-de-monts

Pierre Emmanuel AURIAU (Sosa 48) est né le 28 novembre 1798 (16 frimaire An VII). Il est un de mes rares ancêtres à avoir trouvé sa compagne « loin », c’est-à-dire ailleurs que dans son propre village ou dans le village voisin. Il a épousé Justine AUJARD le 9 avril 1823, et Justine était originaire de Saint-Genest d’Ambière, village situé à environ 20 km de Monts-sur-Guesnes, un exploit ! L’acte de mariage le dit « tysseran », un autre acte dit « journalier ». L’acte de naissance de Justine est introuvable, c’est même mentionné sur l’acte de mariage qui indique qu’elle est née le « premier dimanche de mai 1801 ». La date correspond au 13 floréal An IX et effectivement, il n’y a rien dans les registres de Saint-Genest d’Ambière.

Après épluchage du registre des naissances de Monts-sur-Guesnes, je trouve 8 enfants nés entre 1824 et 1844 : François, Paul, Moïse Alexandre, Sidonny (?), Justine Adélaïde, Emmanuel, Pauline ou Appoline, et enfin Arcenne (une fille). J’ai de gros doutes sur les compétences orthographiques de l’officier d’état civil… ou sur son acuité auditive !

Emmanuel AURIAU (Sosa 24), né le 14 novembre 1838, est à l’origine de la mini-dynastie de boulangers. Il a épousé une couturière de Faye-la-Vineuse, Séraphine BONNEAU, le 6 novembre 1865. Leur fils Jules (Sosa 12) a repris la boulangerie, puis ce fut au tour de mon grand-père Robert (Sosa 6), mais j’en ai déjà parlé ici et ici.

Prochaine mission : retrouver Louise Bourgouin quelque part en Normandie !

Récapitulatif :

recapauriau