Les Jouteux, entre Touraine et Poitou

J’ai eu la chance de pouvoir remonter cette branche jusqu’au XVIIe siècle ; au-delà, point de registres pour les humbles… Cette lignée a son point de départ dans le Poitou, très près de la Touraine, ce qui explique les allers-retours. Lignée peu banale, dans laquelle je trouve trois décès accidentels, un implexe et un remariage qui m’a coûté quelques cheveux.

EgliseStRemySurCreuse

Église de Saint-Rémy-sur-Creuse (© Jean-Pierre FERNANDEZ (www.clochers.org)

Le premier couple dont j’ai connaissance : Antoine JOUTEUX (sosa 6656) et Anne JOUBERT (sosa 6657).

D’eux, je sais seulement qu’Anne est décédée avant 1642 et Antoine le 22 juin 1656 à Saint-Rémy-sur-Creuse dans la Vienne. En réalité, il a été inhumé à Saint-Rémy, mais l’acte dit qu’il s’est « tué à tomber de dessus le pont de La Haye » (La Haye-Descartes, ancien nom de la ville de Descartes). L’acte ne dit pas quel âge il avait. D’ailleurs, l’acte ne précise pas grand-chose et ce pourrait être celui de son fils Antoine. Donc, sous réserve.

6656-DecesAntoineJOUTEUX-StRemy-sur-Creuse-1656

Acte de décès d’Antoine JOUTEUX

Je leur connais 7 enfants, tous nés à Saint-Rémy : Pierre, le 13 novembre 1608, qui est le sosa 3328, j’y reviens plus loin. Ensuite : Marie, née le 8 février 1611, qui épousera un DUMOINE, très vraisemblablement un frère ou un cousin de l’épouse de Pierre ; Antoine, né le 5 octobre 1614 ; Nicolas, né le 6 décembre 1617, il épousera Andrée MATHOIS et je leur connais 4 enfants ; Thomasse, née le 24 février 1621. (On ne rigolait pas avec la féminisation des prénoms !) Elle épousera Claude GIRON ; Anthoinette, née le 26 février 1626 ; Gatian (probablement Gatienne, mais je respecte l’orthographe de monsieur le curé), née le 15 janvier 1633. Elle épousera Jehan THOMAS le Jeune.

Les écarts entre les dates de naissance me laissent penser qu’il a pu y avoir d’autres enfants, mais je ne les ai pas trouvés.

Pierre JOUTEUX (sosa 3328) est né le 13 novembre 1608, il n’aura pas vécu très longtemps puisqu’il est décédé le 31 janvier 1650, à l’âge de 41 ans, à Saint-Rémy. Il a épousé Élisabeth DUMOINE (sosa 3329) le 22 février 1637, toujours à Saint-Rémy. Je n’ai pas trouvé l’acte de baptême d’Élisabeth, ni mention du nom DUMOINE à Saint-Rémy à cette période. Élisabeth est décédée le 14 mars 1644, vraisemblablement assez jeune aussi. Je ne leur connais que 2 enfants : Louis, né le 20 février 1639, à Saint-Rémy, (sosa 1664) et Marie, née le 13 janvier 1642, toujours à Saint-Rémy.

Louis JOUTEUX (sosa 1664) va se marier deux fois. La première, à une date inconnue, avec Renée MÉNARD (sosa 1665), fille de Jacques et de Renée MARCHAND. Le couple aura 5 enfants : Pierre, né le 13 mai 1675, qui épousera Jeanne Françoise BOUZIER le 27 février 1696 à Buxeuil, petite paroisse voisine de Saint-Rémy ; Marie, qui épousera Louis MÉREAU le 6 juin 1692, aussi à Buxeuil ; Alexandre (sosa 832), j’y reviens ; Nicolas, qui ne vivra que 13 mois et Louys, né en 1682, et dont je n’ai pas su trouver trace ensuite.

Renée MÉNARD est décédée en 1697 à Buxeuil, et Louis s’est remarié en mai 1701 avec Thérèse BOUZIER, une veuve mère de 6 enfants, dont il a eu une fille également prénommée Thérèse, en décembre 1701. Louis avait alors 62 ans et Thérèse 46. Je ne sais pas si Thérèse BOUZIER était liée à l’épouse de son beau-fils, mais c’est très possible.

Thérèse était originaire de La Haye-Descartes, en Touraine, et c’est là que va décéder Louis, le 8 septembre 1717, à l’âge de 79 ans. La Haye-Descartes, aujourd’hui Descartes, est à quelques encâblures de Buxeuil au nord et de Saint-Rémy-sur-Creuse au sud.

Buxeuil-Descartes-StRemy

Un mouchoir de poche

Alexandre JOUTEUX (sosa 882) est né le 27 avril 1668 à Saint-Rémy. Il va s’éloigner un peu plus du Poitou pour s’installer à une quinzaine de kilomètres au sud-est de Saint-Rémy, c’est-à-dire au Grand-Pressigny. Le 11 octobre 1694, il y épouse Louise RAGUIN. De ce mariage naîtront, sous réserve, 7 enfants : Anne, Louis, Louise Jeanne, Louis, Louis Alexandre et Alexandre. Je n’ai pas trouvé tous les actes de baptême, donc je ne m’avance pas. Je n’ai pas trouvé non plus l’acte de décès de Louise. Il y a bien une Louise RAGUIN qui décède quelques jours après la naissance d’Alexandre, le dernier fils, mais le nom de l’époux et l’âge ne correspondent pas.

Toujours est-il que Louise RAGUIN décède et qu’Alexandre JOUTEUX se remarie le 15 janvier 1716, au Grand-Pressigny, avec Renée TURAULT (sosa 833), fille de Claude et… Louise RAGUIN (encore un mystère à éclaircir, les homonymies sont nombreuses). La différence d’âge est importante puisque Renée est née l’année du premier mariage d’Alexandre, en 1694. Il a 47 ans, elle en a 21. Elle va lui donner 7 enfants : Louis, né le 7 août 1717, décédé le 18 ; Anne, née le 13 août 1718 ; Louis, né le 30 août 1719 ; Claude, né le 7 mai 1722, c’est le sosa 416 ; Alexandre, né le 24 juillet 1723 ; Louise, née le 14 août 1728 et Louis Pierre, né le 26 août 1729. Les mois d’été étaient bien chargés en anniversaires, mais je ne suis pas sûre qu’on les fêtait autant que maintenant…

J’imagine Alexandre, qui est dit laboureur et marchand, comme une personne très sociable. J’ai souvent vu son nom parmi les témoins de mariages, et il a été plusieurs fois parrain, pas forcément dans sa famille. D’ailleurs, contrairement à de très nombreux actes de baptême dans lesquels le parrain et la marraine sont du même milieu social, souvent des membres de la famille ou des voisins proches, Alexandre a eu pour parrain « très noble et très digne personne messire Louis François Daviau de Saint-Rémy de Pyaullan » et pour marraine « damoiselle Marie Anne Daviau de Pyaullan, sa sœur » ! Intriguée, j’ai fait quelques recherches. En réalité, il s’agit de la famille d’Aviau de Piolant, qui possédait le château de la Chaise à Saint-Rémy. Voir ici pour plus de détails sur cette famille : https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_d%27Aviau

0882-BaptemeAlexandreJOUTEUX-StRemy-sur-Creuse-1668

Baptême d’Alexandre JOUTEUX avec ses illustres parrain et marraine – 1668 – Saint-Rémy-sur-Creuse

Claude JOUTEUX (sosa 416) est né en 1722, il épouse Marie GALAND (sosa 417), fille de Pierre et Marie PROUTEAU, née la même année que lui, le 26 novembre 1748 au Grand-Pressigny. Il était laboureur. Je sais qu’ils ont eu 6 enfants et que Marie est décédée en 1772, à 49 ans. Elle était encore assez jeune, mais son acte de décès ne mentionne aucune cause accidentelle, on peut donc tout imaginer. Quant à Claude, il est décédé un an plus tard, en décembre 1773. Son corps a été trouvé dans l’Aigronne, un affluent de la Claise, rivière dans laquelle elle se jette au Grand-Pressigny.

0416-DecesCLaudeJOUTEUX-LeGrandPressigny-1773

Acte de décès de Claude JOUTEUX

Claude et Marie ont donc eu 6 enfants, enfin 6 garçons : Laurent, né en 1751 ; Claude, né en 1755 ; Louis Alexandre, né en 1757 ; Louis, né en 1760 ; Pierre, né en 1762 et enfin Jean, né en 1768, sosa 208. Heureusement qu’ils ont désespérément essayé d’avoir une fille, sinon je ne serais pas là !

Jean JOUTEUX (sosa 208) est dit propriétaire-cultivateur, ce qui est une progression par rapport à son père laboureur. Il est décédé le 7 décembre 1821 à Neuilly-le-Brignon, où il avait épousé Jeanne LÉGER (sosa 209) le 3 mars 1794. Elle était la fille de Louis LÉGER et Jeanne BERTHAULT, du Grand-Pressigny également, où ces deux patronymes sont légion. Le couple a dû s’installer à Neuilly-le-Brignon, à quelques kilomètres, juste après son mariage puisque leurs 5 enfants y sont nés.

Jean est décédé jeune, à 53 ans, son acte de décès dit qu’il a été « trouvé mort au lieu de la Brosse commune de Neuilly hier au soir environ quatre heures du soir ». Jeanne lui a survécu jusqu’en 1850. Elle est décédée à Boussay, vraisemblablement chez son fils Louis qui y était cultivateur. La Table de succession et absences indique, à la rubrique « Biens déclarés – valeur du mobilier, argent, rente et créances » une somme de 107 francs. La monnaie en cours à l’époque était le franc dit « germinal ». J’ai trouvé un site qui indique qu’un franc de 1850 équivalait à 3,27 euros actuels. J’en déduis donc que Jeanne avait des biens d’une valeur de 350 euros. Je ne sais pas si c’était beaucoup ou pas pour l’époque. Je vous laisse chercher…

Les enfants de Jean JOUTEUX et Jeanne LÉGER : Jean, né en 1797, notre sosa 104 ; Louis, né en 1800, cultivateur, celui chez qui Jeanne est certainement décédée à Boussay. Il épousera Anne DOUCET ; Jeanne, née en 1802 ; Françoise, née en 1809, qui épousera Jean LAMIRAULT et Jean-Baptiste, né en 1813, qui épousera Jeanne DEMAY et aura 8 enfants.

En réalité, Jean JOUTEUX est sosa 104 et sosa 108 et c’est là que les affaires commencent à se corser. Il est né le 18 mai 1797 (ou 29 Floréal An 5) à Neuilly-le-Brignon. Il s’y marie le 24 avril 1817 avec Anne BIARD (sosa 105 et 109). Anne est née le 28 février 1791 à Balesmes (qui sera réuni à La Haye-Descartes pour devenir Descartes). Elle avait 6 ans de plus que son mari. Elle est la fille de Pierre et Louise FORGET.

L’officier d’état civil de Neuilly-le-Brignon devait avoir de sacrés problèmes d’ouïe, de vue ou d’autre chose : il a écrit « Barice » dans l’acte de mariage, puis a rectifié en marge en « Bairce ». Il a aussi transformé Balesmes en « Blame »… Il est donc normal qu’à un moment, il fasse de Jouteux un joli « Joustreaux »… Ce qui explique que des généalogistes qui ne connaissent pas la région la fassent naître à Ballan-Miré, à côté de Tours, alors qu’elle n’y a probablement jamais mis les pieds…

0104-0105-MariageJeanJOUTEUX&AnneBIARD-1817-NeuillyLeBrignon

Mariage de Jean JOUTEUX et Anne BIARD – 1817

Le couple aura, à ma connaissance, 5 enfants, tous nés à Neuilly-le-Brignon : Marie Anne Louise Élisabeth, née en 1818 et qui ne vivra que 5 ans ; Rose, née en 1821, qui épousera Claude JOURDANNE ; Jean Jouanne, né en 1823, sosa 52 ; Jean Baptiste Médéric, né en 1829, sosa 54, et François Eugène, né en 1832. Anne BIARD est décédée le 12 avril 1845, deux jours après son dernier fils qui avait alors 13 ans. Était-ce une maladie ? Un accident ?

Aïe, des sosa doubles… Eh oui, ça s’appelle un implexe en généalogie, et Wikipédia vous l’expliquera très bien. Il existe plusieurs cas de figure. Ici, il s’agit de cousins germains.

Jean Jouanne JOUTEUX (sosa 52) était régisseur à son mariage avec Marie Virginie Joséphine GAULTIER (sosa 53) en 1846 à Ferrière-Larçon. Je leur connais deux enfants : Louis Frédéric (sosa 26) et Mathilde, tous deux nés à Ligueil.

Quelques années après, en 1852, Jean Baptiste Médéric JOUTEUX (sosa 54) épouse Catherine ARNAULT (sosa 55), fille de Mandé et Catherine BERTHAULT, à Cussay. Je ne leur connais également que deux enfants : René Louis et Rose Catherine (sosa 27), tous deux nés à Yzeures-sur-Creuse.

Louis Frédéric JOUTEUX (sosa 26) et Rose Catherine JOUTEUX (sosa 27) étaient donc cousins germains. Tous les parents étaient présents et consentants, les tourtereaux étant « mineurs quant au mariage ». En effet, Louis Frédéric avait 23 ans et Rose 17. Ils auront deux enfants également, tous les deux nés à Sérigny (86) : Marie Louise Noémie (sosa 13), ma redoutable arrière-grand-mère, et Louis Abraham Marie Didier qui grimpera nettement sur l’échelle sociale. Il sera fonctionnaire, épousera une fille de bourgeois à Roubaix (rien que le prénom : Matilde Mélanie Marie Ernestine Orasie…) et aura 4 enfants. Trois filles dont certaines feront l’objet d’articles de journaux pour leurs prouesses en équitation ou au tennis, et un garçon qui sera… moine trappiste ! (je le cherche) Les étourderies légendaires du « tonton Abraham », souvent aux dépens de son épouse, nous ont fait rire plus d’un dimanche ! C’est d’ailleurs Abraham qui, au décès de son père Louis Frédéric en 1931 à Faye-la-Vineuse, a fait paraître un avis de décès dans L’Ouest Éclair de Rennes !

OuestEclair-Rennes-1931

Avis de décès – Ouest Éclair – 1931

Louis Frédéric, après une vie de cultivateur à Sérigny, est décédé le 10 mai 1931 à Faye-la-Vineuse, il avait 81 ans. Quant à Rose Catherine, elle est décédée jeune (63 ans) le 14 août 1919, aussi à Faye-la-Vineuse. Leur fille, Marie Louise Noémie doublement JOUTEUX, était née à Sérigny le 29 septembre 1874. Elle a épousé Jules AURIAU (sosa 12), qui était boulanger à Faye-la-Vineuse. J’ai toujours entendu parler de la « grand-mère Noémie » comme d’une « maîtresse femme », « pas commode », qui impressionnait ses petits-enfants. Elle est décédée en 1950.

Cette branche JOUTEUX s’arrête ici. Les enfants de Noémie sont des AURIAU et ceux d’Abraham des filles et un moine ! Mais il reste bien des JOUTEUX en Touraine, dans le Poitou et ailleurs.

Le supplément « complication »

Virginie GAULTIER (sosa 53) était la fille de Sébastien GAULTIER (sosa 106) et de Marguerite ARNAULT (sosa 107). Le couple a eu 3 filles, Virginie est la dernière, elle avait un an à la mort de son père en 1828. En 1846, donc, au mariage de Jean Jouanne et de Virginie, leurs parents veufs se rencontrent. Et en 1848, Jean JOUTEUX (sosa 104) épouse Marguerite ARNAULT (sosa 107). Honnêtement, il m’a fallu un peu de temps et pas mal de gribouillages sur papier pour arriver à me représenter la situation. Marguerite est décédée à Abilly en 1856 et Jean à La Haye-Descartes le 12 avril 1890, à l’âge de 92 ans.

Le supplément « origine du nom »

Une des premières questions que je me suis posée à propos de cette famille, c’est celle de l’origine du nom Jouteux. Généanet ne m’aide pas beaucoup : « Relativement rare, ce nom semble originaire de l’Indre-et-Loire ou du Maine-et-Loire. C’est sans doute une variante de Jouteur. » Le CNTRL m’aide un peu plus et la rubrique étymologique confirme qu’un jouteur est le combattant d’une joute. Filae me donne une autre piste, plus agricole : « Jouteux » est un nom de famille assez rare, dérivé de joute, variante de jote chou, bette, surnom du producteur. Littré l’écrit « jotte », qui désigne « un des noms vulgaires de la bette dans plusieurs provinces ». Ah, ça me semble un peu plus vraisemblable !

Merci d’avoir lu jusqu’au bout, c’était un long article. Et je ne vous dis pas combien de temps j’ai mis pour l’écrire…

 

5 réflexions sur “Les Jouteux, entre Touraine et Poitou

  1. Bonjour,
    Votre article est très intéressant, d’autant plus pour moi car je descends de Louis Jouteux et Renée Ménard. Comment avez vous relié Louis au couple Pierre Jouteux et Dumaine Elisabeth ? J’ai trouvé chez mtre Ballu le contrat de mariage de ce couple.
    Je descends de Louis et René Ménard par leur fille Marie épouse de Méreau Louis et ensuite de Pierre Perigeon.
    Si vous voulez plus d’info, n’hésitez pas.
    Catherine Moreau

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s