De nouveaux DEGENNE !

J’ai beaucoup avancé dans mes recherches, débloqué plusieurs branches, et depuis quelques temps, je n’arrête pas de tomber sur des DEGENNE ! J’en trouve parfois plusieurs sur la même page d’un registre, c’est impressionnant.

Ces DEGENNE-là sont originaires d’autres paroisses que Crémille (Pleumartin) et viennent, entre autres, de Monthoiron et Availles-en-Châtellerault. On en trouve aussi dans d’autres communes de la Vienne, mais je n’ai pas encore trouvé le moyen de les relier aux « nôtres ».

CarteMonthoiron

Pour avoir une petite idée de la situation géographique de Monthoiron par rapport à Leigné-les-Bois et Pleumartin.

J’ai donc mis la main sur un véritable « nid » de DEGENNE en remontant la lignée des GUÉRIN de Leigné-les-Bois. Jean GUÉRIN, laboureur, sosa 80, a épousé le 23 février 1802, Marie Anne DEGENNE. Marie Anne est née à Monthoiron en 1773, comme ses 6 frères et sœurs, mais son père Louis (sosa 162), tisserand marchand, s’était marié à Leigné-les-Bois avec une demoiselle Louise OUVRARD. Ils n’y vivaient pas, mais y avaient forcément des attaches. Nous avons donc un nouveau Louis DEGENNE dans la famille !

Et même deux, puisque Louis était le fils d’un autre Louis DEGENNE (sosa 324) et de Jeanne SERVANT. Louis, tisserand, et Jeanne se sont mariés à Monthoiron en 1732, c’est là que Louis est décédé. Louis avait un frère, Pierre, également tisserand, décédé à l’âge de 21 ans, et une sœur Jeanne.

Le père de Louis, François DEGENNE, donc le sosa 648, est né à Asnières le 21 mai 1677. Asnières est une paroisse voisine de Monthoiron, « absorbée » en 1818. Il est décédé à Availles-en-Châtellerault. Il se trouve que ce François DEGENNE s’est marié avec… Simone DEGENNE ! J’y reviendrai dans un autre article.

Continuons avec François, dont le père, Michel DEGENNE (sosa 1296) est né à Monthoiron en 1653. Michel épousera en premières noces Jeanne PHILIPPE qui lui donnera au moins 4 enfants : René, Renée, François et Jeanne. Jeanne PHILIPPE est décédée en 1688 à Asnières après la naissance d’un possible cinquième enfant, mais je n’en trouve pas la confirmation. Après son décès, Michel s’est remarié avec Marie COIGNÉE qui lui a donné… 12 enfants ! Michel est décédé le 19 octobre 1724 à Senillé, à l’âge de 70 ans.

Michel est le fils de Catherin (ou Cathelin) et de Charlotte CHIQUARD. Catherin DEGENNE est né en 1635 à Availles-en-Châtellerault. Charlotte et lui se sont mariés en 1650 à Monthoiron. Si je sais encore compter, il avait 15 ans ! Hélas, le registre des mariages n’est vraiment pas bavard : il ne comporte aucune mention des parents et encore moins l’âge des jeunes époux…

Catherin serait le fils d’Antoine DEGENNE et Françoise NAUDIN, mais les registres deviennent difficiles à lire et la multiplication des homonymes ne facilite pas la tâche. Pour un autre Catherin, dans les mêmes années, les deux parents sont des DEGENNE ! Affaire à suivre… Je continue à démêler l’écheveau et reparlerai bientôt d’autres « nids » de DEGENNE !

Monthoiron

Deux précisions pour clore cet article :

Note 1 : Je ne me formalise plus de l’orthographe de Degenne depuis longtemps. On trouve aussi bien Degenne que Degennes ou Degene, voire Dejenne pour nommer la même personne, avec variante entre le baptême et le mariage ou le décès. Les curés écrivaient comme ils pouvaient et selon ce qu’on leur disait, ce n’est pas un critère pour dire « Il ou elle est de la famille ou n’est pas de la famille », comme le faisait mon grand-père Étienne lorsque nous passions devant un garage sur la route de la Roche-Posay, et que je lui faisais remarquer qu’« ils s’appelaient comme nous ». La réponse était toujours : « Non, eux, ils ont un S, pas nous », en sous-entendant qu’il ne fallait quand même pas tout mélanger !

Note 2 : J’en profite au passage pour souligner une difficulté qui expliquera que ces trouvailles sont fragiles : imaginons un Pierre Degenne qui aurait trois fils : Jean, René et Michel. Chacun se marie, les uns sont parrains des enfants des autres et on suit la règle consistant à donner à l’enfant le prénom du parrain ou de la marraine. Jean est parrain du fils de René, l’enfant s’appellera donc Jean. C’est comme ça qu’on se retrouve avec une quantité d’homonymes dans un même village, et les différences d’âge (quand elles sont possibles à déterminer) n’aident pas forcément. Les femmes avaient des enfants pendant parfois une vingtaine d’années… Voilà, c’était pour me dédouaner à l’avance d’éventuelles erreurs !

 

Barthélémy Étienne DEGENNE et Renée Claire GUÉRIN

Barthélemy Étienne Degenne (n° 4) et Renée Claire Guérin (n° 5) sont mes grands-parents paternels.

Étienne, son prénom usuel, est né le 17 mars 1906 à Saint-Pierre-de-Maillé (86). Il est issu d’une famille nombreuse dont je ne vous épargnerai pas le détail dans un autre billet. Il était travailleur, honnête, et presque partout où il a vécu, il a cultivé un jardin potager, même en ville, à Châtellerault. Il a fait mille métiers dans sa vie et je me souviens qu’au moment de prendre sa retraite, ça a été un casse-tête de réunir tous les documents justificatifs de tous ces emplois. Pour l’anecdote, il a été jardinier à l’hôtel du Parc de La Roche-Posay pendant plusieurs années. Plus tard, quand je suis rentrée au collège, à Bourgueil, il était tout heureux de me raconter qu’il avait participé à sa construction. Il a aussi été jardinier et homme à tout faire au manoir de La Perraudière, à Saint-Cyr-sur-Loire, pendant que sa troisième épouse, Anne-Marie, s’occupait du ménage et de la cuisine. Ce manoir est devenu hôtel de ville, le parc est magnifique, mais malheureusement, la maisonnette qu’il habitait et dont il nous reste quelques photos de famille a été détruite.

etienne-degenne-1974

Étienne Degenne (Châtellerault – Pont Henri IV)

Toute sa vie, il a connu la pauvreté et bien des épreuves avant de mourir, après quelques années de retraite bien méritées qu’il consacrait à la pêche, à son jardin et à la lecture de polars, à l’hôpital de Poitiers le 15 février 1974.

6-septembre-1928-2

Étienne Degenne et Renée Guérin en 1928

Renée Claire Boisgard est née le 7 août 1908 à Leigné-les-Bois (86), dans une famille un peu moins nombreuse que celle de son mari. Étienne et Renée se sont mariés le 12 janvier 1925. Il avait 19 ans, elle en avait 17 et était enceinte d’une petite Renée qui n’a pas survécu (née et décédée le 28 mars 1925).

reneeclaireguerin-sosa5

Renée Claire Guérin

Renée a ensuite mis au monde quatre enfants : Abel René (25 avril 1926), mon père Claude Pierre (7 décembre 1928), Michel Étienne (15 avril 1930) et Jacqueline (8 septembre 1931), la petite dernière.

Renée est décédée le 8 décembre 1931. Devenu veuf avec quatre enfants en bas âge, Étienne a bénéficié du soutien de sa famille pour s’occuper d’eux. En 1936, il s’est remarié avec Jeanne Louise Tissier, avec qui il a eu deux fils : Bernard Jean Pierre, qui ne vécut que quelques mois en 1940, et Jacques Henri, né le 3 septembre 1941 à Tournon-Saint-Martin (36). Jeanne est décédée à son tour le 7 août 1945, laissant, une fois de plus, un jeune enfant à la charge de mon grand-père.

C’est un résumé bien succinct de ces deux vies, j’aurai certainement l’occasion d’y revenir.