Génitour

Tout arrive, et je me décide à participer au #généathème de janvier qui porte sur les prénoms ! J’aime les prénoms, tout ce qu’ils contiennent, que ce soit des contraintes (une belle-mère qui veut imposer son choix, la tradition familiale qui veut que chaque fils aîné s’appelle Louis ou Jean) ou des envies plus libres qui poussent à donner un prénom assez exotique ou rare et qui appartiennent à l’intimité d’un couple. Par le passé, on donnait souvent le prénom d’un ancêtre, du parrain ou de la marraine. Le choix était moins libre qu’aujourd’hui, mais ça n’empêche pas quelques trouvailles !

Dans ma généalogie, j’ai croisé une quantité de Françoise, Jeanne, Marie, Louise, Madeleine, Charlotte, Marguerite, etc. et aussi beaucoup de Louis, Jean, François. Quelques Mathurin, André, Silvin, Denis, René, Théophile, et quelques prénoms moins courants et pratiquement oubliés :

  • Quelques Mandé (tous de la même famille)
  • Quelques Fulgent et Fulgente
  • Un Émery
  • Un Audet
  • Une Savine
  • Une Blayse (portant donc un prénom masculin)
  • Une Bonaventure (prénom masculin aussi)
  • Une Néomaise (écrit ainsi dans l’acte, mais je pense que c’est une déformation de Néomaye, d’après Sainte Néomaye du Poitou ou Néomadie, ou encore Noémoise ou Néomoye, la patronne des bergères)
  • Une Vincende
  • Une Sébastienne
  • Quelques Jacquette et une Paquette

Mais le prénom qui m’a le plus intriguée, c’est Génitour. C’est le prénom de mon sosa 600, Génitour Brunet, né le 26 octobre 1670 à Angles-sur-l’Anglin où il semble avoir passé sa vie. Je ne sais pas encore grand-chose de lui, mais un peu plus sur son prénom. Angles-sur-l’Anglin est une commune de la Vienne limitrophe de l’Indre. Et c’est dans l’Indre que naît la légende de Saint-Génitour, qui est maintenant le saint patron de la ville du Blanc (ma commune de naissance, au passage).

EgliseSaintGenitour

Église Saint-Génitour – Le Blanc (36) – Source photo : Église Saint-Génitour

J’ai trouvé une partie de l’histoire : « Selon la légende, c’est au IVe siècle que, sur la rive gauche de la Creuse, furent décapités les ‘Bons Saints’ du Blanc et Saint Génitour leur frère, revenant tous quatre de Tours où ils avaient reçu le baptême des mains de Saint Martin. […] Leur frère Génitour, ayant pris sa tête dans ses mains, traversa la rivière et vint frapper à la porte d’une petite chapelle chrétienne dédiée à Notre Dame. Passant son doigt ensanglanté entre les planches disjointes de la porte, Génitour rendit la vue au gardien aveugle, s’étendant dans la chapelle, désigna lui-même le lieu de sa sépulture. C’est ainsi que l’église paroissiale de la ville basse est dédiée à Saint Génitour. Passer le doigt dans le trou percé de son portail d’entrée accorde, dit-on, la guérison d’un œil malade, et aux mariées, la fécondité. »

Source : http://bit.ly/2FDks3A

Pour les curieux : https://www.lanouvellerepublique.fr/actu/genitour-et-la-legende-des-bons-saints

Et : https://fr.anecdotrip.com/anecdote/saint-genitour-une-histoire-de-trou-et-de-tete-decollee-par-vinaigrette

 

3 réflexions sur “Génitour

  1. Pingback: Généathèmes : cent cinquante ans de curiosités ~ La Gazette des Ancêtres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s